17 novembre 2006

Sans titre

arsenic

J’ai tué un enfant rêveur,

Rempli de larmes son petit cœur.

Il croyait, pauvre petit innocent,

En une bonté innée chez les gens.

Je l’ai poignardé de mes cruelles paroles

Brutalement, riant, j’ai tant aimé ce rôle !

Ma petite victime accroupie, pleure

Avant que son innocence ne meure.

Blessée de vérités, elle perd

La voix, et sur le sol, amère

Elle crache sur le monde

Pendant chaque seconde

Elle se relève, encore muette

D’effroi, tourne vers moi sa tête

Observe avec intensité cet homme

Violent, tortureux avec sa voix, comme

S’il se rendait compte qu’une parole, misère

Assassine aussi bien qu’une blessure de guerre.

Mais la violence des mots, jamais

Ne me suffit. Et puisqu’il est debout

Je le rabaisse, me présentant son cou

Et j’enfonce pour l’achever

La lame dans sa nuque adorée.

Posté par obhee à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Sans titre

Nouveau commentaire